Err

Actualités

Bagoù Boats - L'art du plaisir électrique

1 fév. 2020
Bagoù Boats - L'art du plaisir électrique

Le catamaran

Dans un monde d’uniformité et de fabrication en grande série, Bagoù Boats sort des sentiers battus en proposant une nouvelle approche de la plaisance pour une navigation différente à la croisée du monde la voile et du motonautisme.
Bagoù 7.0 est le bateau que va vous permettre de faire de belles randonnées nautiques confortables et conviviales que vous naviguiez en mer, en rivière ou sur un lac.
Ce catamaran à propulsion électrique offre le silence et la douceur d’une navigation respectueuse de l’environnement comme si vous étiez en voilier. Seul le bruit des étraves fendant les flots vient bercer votre navigation.
Sa carène avec ses deux étraves inversées permet de naviguer en consommant un minimum d’énergie et de laisser un sillage propre, pour des sorties sur l’eau empreintes d’efficience et de performances énergétiques.

L'innovation

#Catamaran #Zéroémission #Innovation #Inspiration #MadeinFrance

Bagoù Boats offre une nouvelle approche du nautisme avec une carène à l’efficacité énergétique remarquable.
C’est aussi un bateau construit de manière artisanale au sens étymologique du terme avec des matériaux permettant une fabrication durable et facile d’entretien.
C’est aussi l’opportunité d’avoir un bateau aisément personnalisable pour vous permettent d’avoir un bateau unique qui vous ressemble : avec un large choix couleurs de coque comme de sellerie, un panel de motorisations électriques mais aussi thermiques, un salon avant avec différents formats de table permettant le cas échéant d’’offrir un large bain de soleil avant…

ADN Bagoù

Concepteur et Dirigeant de l’entreprise Bagoù, Jérôme Clément a travaillé avec Julien MARIN, architecte marin spécialisé dans la construction de bateaux en Contreplaqué-Époxy, pour développer Bagoù 7.0.
Cette technique de construction Contreplaqué/Époxy permet d’avoir un bateau plus léger qu’avec d’autres matériaux et c’est aussi un moyen de concevoir un bateau plus durable dans au niveau de l’analyse du cycle de vie du produit que dans son bilan énergétique.
Le concepteur et l’architecte ont travaillé à développer un bateau innovant dans sa philosophie et efficient pour offrir des navigations conviviales dans le respect de l’environnement.
Bagoù 7.0 est ainsi un bateau au design soigné mais affirmé, pour vous offrir des navigations à nul autre pareil avec une espace de vie spacieux, sécurisant et des aménagements conviviaux et personnalisables.

L'archipel des Glénan, le lagon breton paradisiaque

29 jan. 2020

 À quelques dizaines de milles de Concarneau se trouve un petit paradis aux eaux transparentes et au sable blanc jalousement gardé par les Bretons. Composé de dizaines d'îles principales et d'îlots rocheux, plus ou moins sauvage, l'archipel des

Glénan s'est fait connaître en accueillant l'une des plus prestigieuses écoles de voile d'Europe, les Glénans.

Iles principales et ilots paradisiaques

L'archipel des Glénan se situe au sud de Fouesnant dans le Finistère, en Bretagne. Il se compose de plusieurs îles principales et de quelques îlots pour la plupart complètement déserts. S'il l'on connait les Glénan pour sa plus que célèbre école de voile implantée depuis 1947 — Les Glénans (avec un s !), c'est aussi son petit air de Caraïbe qui en fait sa réputation. Avec son eau couleur lagon et ses plages de sables blancs, l'archipel a de quoi attirer les visiteurs. Situé à seulement quelques dizaines de milles de Concarneau, le Tahiti breton est un vrai havre de paix au bon goût de paradis sur terre

Saint-Nicolas, cœur de vie des Glénan

L'île principale des Glénan est Saint-Nicolas, accessible uniquement via la mer. Pas de panique, si vous n'êtes pas en possession de bateau, vous pourrez toujours en louer. Au départ de Bénodet, Concarneau, Loctudy, Fouesnant embarquez pour une croisière d'une journée.

Au Glénan, il est interdit de camper, mais vous pouvez passer la nuit au Sextant, le gîte de mer de l'île Saint-Nicolas. L'été, vous profiterez également de son restaurant ou encore de son centre de plongée. Vous pouvez également y randonner sur le chemin côtier et faire le tour de l'île sur 1 km. Si l'île est petite, on peut y observer l'archipel et se détendre sur de splendides plages. Vous pourrez également déguster coquillages et crustacés chez Castric, institution depuis 1968.


De nombreuses autres îles

À l'est se trouve l'île de Penfret, qui abrite le phare du même nom, un ancien sémaphore et les bâtiments de l'école de voile de renommée mondiale. Parmi les autres îles se trouve l'île du Loch, la plus grande et appartenant à la famille Bolloré et reconnaissable à sa cheminée, Cigogne, avec son fort, Drenec, Bananec et Guéotec. L'île de Quignénec et le banc de sable de Guiriden méritent aussi d'être explorés.


Un lagon breton

La mer intérieure des Glénan — baptisée la Chambre est splendide. Son mouillage aux eaux claires est une zone protégée au centre-ouest du cercle formé entre les îles, à l'image d'un lagon. La Chambre s'étend entre les îles de Saint-Nicolas, Bananec et Cigogne.


Le narcisse des Glénan

Sur Saint-Nicolas, vous pourrez découvrir une espèce caractéristique de l'archipel. Cette fleur blanche et inodore de 15 à 40 cm de haut était menacée d'extinction dans les années 50. Aujourd'hui, elle est protégée par une réserve naturelle. Ne la chercher pas ailleurs, elle ne pousse que sur l'île, et recouvre les dunes au mois d'avril. C'est d'ailleurs en partie grâce à cette fleur si particulière que Saint-Nicolas est classé réserve naturelle depuis 1974.


Les oiseaux des Glénan

Sur l'archipel, les oiseaux de mer ont envahi les îles et leurs rochers en font de certaines de véritables citadelles. Ne vous approchez pas trop au risque de vous prendre un coup de bec d'un goéland voulant défendre son territoire.

Cormorans, fous, huitriers-pies ou encore sterne vivent en harmonie au cœur de l'archipel.

ACHAT vs LOCATION d'un bateau : le POUR et le CONTRE

27 jan. 2020
ACHAT vs LOCATION d'un bateau : le POUR et le CONTRE Plus le temps passe, et plus la population s’urbanise. Même sans subir un harassant rythme métro, boulot, dodo, quiconque en a les moyens est bien content de partir à la montagne en hiver pour faire du ski, et sur les littoraux l’été afin de se rafraîchir. Or, pour profiter au maximum de la mer, une activité se distingue des autres : le bateau. Voiliers, bateaux à moteurs et même semi-rigides se sont multipliés sur les eaux ces dernières années mais restent synonymes de vacances premium. Reste cependant une grande question en suspens : faut-il louer ou acheter le navire qui vous donnera liberté et plaisir sur l’onde étincelante ?

Le vrai prix d’un bateau

Parlons clair : si en raison du nombre de bateaux qui circulent en belle saison dans les baies méditerranéennes / de l'Atlantique, on pourrait croire à une certaine démocratisation de l’activité nautique, faire du bateau ou détenir un voilier n’est pas donné à tout le monde. C’est un investissement conséquent qui, neuf, vaut bien le prix d’un appartement voire d’une maison. Il peut même s’agir de plusieurs millions d’euros pour un yacht un tant soit peu luxueux. Mais heureusement, sur des plateformes telles que Youboat, il y a des bateaux à la vente et à la location pour tous les goûts, besoins et budgets.

On dit souvent qu’une voiture neuve perd près d’un cinquième de sa valeur dès qu’elle sort de concession. Et des experts-comptables de se vanter de n’acheter jamais une automobile neuve, précisément en raison de cette décote. Il y a dans cette attitude du vrai et du faux : grâce à la garantie constructeur et à des offres intéressantes, l’achat neuf a tout de même des avantages indéniables. Même chose pour les bateaux : on évite les mauvaises surprises et on investit pour le long terme.

 

Bien évidemment, acheter d’occasion reste très intéressant du point de vue du prix. Les modèles les plus petits et anciens démarrent à quelques dizaines de milliers d’euros. L’Hexagone et l’Espagne sont en la matière des marchés particulièrement bien pourvus. De plus, les bateaux disponibles en Europe en général et en France en particulier sont des constructions fiables issues de grandes marques. Les moteurs sont estampillés Volvo, Honda ou encore Suzuki. Il faut y ajouter des marques davantage spécialisées dans le nautisme, et donc moins connues des automobilistes, comme Yanmar et Sail. Et les accessoires ne sont pas si difficiles à trouver, de même que les pièces détachées et les moteurs, qu’ils soient hors-bord ou in-bord. Chez les voiliers, les principaux constructeurs représentés en Méditerranée s’appellent Lagoon, Jeanneau, Bavaria et Beneteau.

Selon l’usage et la taille visés, il faudra opter pour un type d’embarcation en particulier : voilier classique, à moteur, pneumatique semi-rigide, multicoque… Coque open, embarcation de pêche, vedette, navire avec cabine, day cruiser : le choix est large. Les petits budgets rêvant de surfer sur les eaux pourront se rabattre sur des barques ou un jet-ski, fidèles compagnons qui promettent déjà d’intenses sensations. En cas de revente au bout de plusieurs années, la décote est certaine mais on aura pu profiter de son joli jouet voire en tirer des loyers. Si bien que l’on peut se retrouver à gagner de l’argent dès le moyen terme.

En fonction du modèle, la coque peut être inférieure à quatre mètres… ou supérieure à douze ! Il faut en tenir compte pour prévoir tous ses frais d’entretien, car (par exemple) selon la zone visée une place de port ne se trouve pas forcément facilement. Elle peut même se négocier plus cher que le bateau ! Dans bien des cas, les pilotes optent pour la location de place, ce qui confère une certaine liberté.

L’acquisition d’un bateau, neuf ou d’occasion, est un investissement qui permet à l’acquéreur de pouvoir profiter régulièrement de promenades en mer. C’est l’idéal pour éviter de regarder à chaque sortie les dépenses occasionnées par toute location. Les grands amateurs de nautisme ont donc tout intérêt à sauter le pas, d’autant qu’ils pourront louer leur embarcation quand ils ne s’en serviront pas. Il est possible de prévoir son plan de financement grâce aux périodes de location, même si cela peut équivaloir à se passer de son yacht en pleine saison, lorsque la demande est naturellement plus forte et les prix plus élevés. Mais ce n’est pas une nécéssité, chacun restant maître de ses biens !

Quand la location est préférable…

On achète rarement un bateau du jour au lendemain. Dans 99 % des cas, une telle acquisition est motivée par un goût prononcé pour le nautisme, régulièrement alimenté par des sorties ponctuelles en mer. C’est ainsi que très souvent l’acheteur d’une embarcation en aura loué pendant des années voire des décennies. Cela lui aura d’ailleurs permis de comparer différents types de bateaux, plusieurs marques et des motorisations aussi diverses que variées. Rien de mieux pour mûrir son choix !

 

Pour une première expérience, mieux vaut passer par la case location. Ici, les prix sont à la semaine, si bien que la location de bateau s’apparente (permis à part !) à une location de vacances meublée, si l’on peut dire. Il s’agit généralement de milliers d’euros. Certaines embarcations peuvent aussi être louées à la journée, avec des prix alors exprimés en centaines d’euros. À plusieurs locataires, il est possible de s’offrir une belle et longue navigation à bord d’un navire de plaisance de rêve. Il est très facile de trouver un bateau comptant entre 6 et 10 couchages. Disons qu’économiquement il s’agit du gabarit optimum. Les cabines se dénombrent généralement entre trois et cinq.

Les prix peuvent parfois sembler élevés, mais n’oubliez pas que tout se négocie ! Pour jouir d’offres intéressantes, tâchez cependant de toujours prendre vos vacances hors saison, au moment où la plupart des bateaux habituellement loués mouillent tristement dans des ports d’attache dépeuplés.

 

On serait tenté de dire la même chose pour les personnes qui, quoique chevronnées en matière nautique, n’auraient chaque année que peu de temps à consacrer à ce hobby. Mais en fait non : même si vous ne pouvez naviguer qu’une à deux semaines par an avec votre petit bijou… il sera toujours possible de le louer le reste du temps, pour l’amortir voire en tirer un bénéfice (au prix des loyers exigés pour des bateaux, ça peut vite arriver) ! Et d’en profiter plus longuement dans le futur, à la retraite par exemple.

Alors êtes-vous plutôt achat ou location de bateau ? Bien que l’être humain soit naturellement enclin à pencher vers la première solution (s’il en a la possibilité), c’est la situation personnelle de chaque navigateur qui doit venir répondre à cette question !